Route du Rhum 2006

 ARRIVEE « NEGOCEANE a passé la ligne d’arrivée de Pitre à Pitre le lundi 20 novembre 2006 à 05h22 TU.
Classement: 5ème.

Une nouvelle page qui est tournée. »

20/11/06.  Après une nuit et une journée sous spi avec des vents d’EST 2 à 4, nous sommes passés au N de la Pointe de le Grande Vigie (N de la Guadeloupe) à 18.3O TU.
Donc l’arrivée à Pointe à Pitre devrait se faire à l’aube (heures françaises) de ce lundi 20.
Pour le moment aucune analyse de cette course qui restera quand-même marquée par un grand nombre de jours de pétole…
Fait à bord de NEGOCEANE le 19 en soirée au large de la TETE AUX ANGLAIS (Nord de la GUADELOUPE).

19/11/06.  Les nuits se suivent et se ressemblent mais sans grand intérêt, avec ces très petits airs (E 1/2).
La journée, par contre, un peu de changement: E à SE 2/3 et quelques petits grains inoffensifs!
Il y eu un peu d’animation durant l’après-midi avec le croisement de 2 pétroliers et quelques travaux de couture dans le spi du fait de petits trous dus à une aspérité sur le « baby » (câble d’acier qui retient le mât vers l’avant capelé aux 1/4 à partir du pont).
Voilà, voilà l’arrivée devrait se faire lundi et c’est pourquoi je joins ce petit texte à la fin de ce compte-rendu…
Fait à bord de NEGOCEANE le 18 à 22h00 TU.

POURQUOI la COURSE DU RHUM-LA BANQUE POSTALE 2OO6 du trimaran 50′ NEGOCEANE
a été très difficile à négocier dès le départ?

Eléments et causes qui ont fait que NEGOCEANE ne ferait que de la figuration dans de cette course:
– Préparation minutieuse du voilier (heureusement seul point très positif).
– Samedi 28: trou dans le flotteur tribord par un zodiac de l’organisation (aucune proposition de réparation…). Merci à C. Huchet pour sa promptitude à trouver un stratifieur et P. Quentin pour les produits.
– Samedi 28: panne de standart C, malgré un changement d’antenne l’appareil est resté muet (donc pas de positionnement visuel des concurrents sur la cartographie électronique).
A quelques heures du départ tous ces éléments négatifs ont été très bon pour le moral…

– Mardi 31: les chariots de têtière de grand-voile se cassent (à voir avec North Sails).

Le dilemme est le suivant: Faire demi-tour et la course est terminée, s’arrêter aux Açores (mais le temps d’envoi de la pièce est trop court) ou continuer avec les risques que cela comporte…
Ma décision est prise de continuer en l’état.

– Jeudi 2: 14h00 Etant bâbord amures, le flotteur tribord sous l’eau, un objet est venu percuter le premier chandelier sur la partie avant, le pliant à 90°et peut-être un petit trou à l’arrière de la coque centrale
tribord (à vérifier).
– 15h00: perte du gennaker et récupération par bris de la drisse neuve changée à St Malo.
– Jeudi O9: Pendant la tempête, bris du premier chariot de lattes de grand-voile (à partir du haut).

Navigation sous trinquette uniquement.
– Vendredi 10 matin: bricolage pour remettre des chariots de lattes en tête de grand-voile en enlevant ceux de la partie basse pour pouvoir naviguer grand-voile haute…
– Mardi 14: Les « pins » des chariots de lattes de grand-voile N° 6 cassé et N°5 tordu.

Au vu de tous ces déboires, l’arrivée à Pointe à Pitre est quelque peu  réconfortante  malgré la grande pétole d’arrivée qui a gâché un peu plus cette traversée…

 PS: Les plaisanciers et coureurs doivent ramenés à terre leurs déchets; surtout ceux non-biodégradables et plastiques!
Alors pourquoi sous prétexte de perdre quelques minutes en course laisse-t-on à la mer une voile plutôt que de la récupérer?…Calculez, combien représentent, quelques 2OO m2 de tissu nylon ou exotique, en équivalence de sacs plastiques de « super-marché » ou bouteilles!
No comment.

Fait par Roger Langevin skipper de NEGOCEANE le dimanche 18 novembre 2006.

18/11/06. A partir de 00h00 ce 17, j’ai bien cru que notre purgatoire était enfin terminé; bien non, ces petits vents d’E à SE 2/3 se sont volatilisés avec le rideau de grains venant du S vers les 15h00 pour donner place, je vous le donne en mille, à la pétole puis à un très, très petit NE…jusqu’à …
Situation guère brillante. Si elle n’est pas désespérée, elle commence à être très agaçante et d’une inutilité sans nom!
Il va donc falloir être serein et patient jusqu’au bout…car il nous reste un peu plus de 300′ à parcourir.
Fait à bord de NEGOCEANE le 17 à 23h30 TU.

17/11/06.  La nuit et la journée du 16 furent à l’identique à celle du 15, mais avec ô surprise du vent: c’est-à-dire au lieu d’avoir ZERO il y eut et il y a entre 2 et 5 noeuds dans les rafales…Tout cela sous spinnaker qui se balade et pend de façon quasi lamentable!
J’étudie attentivement les fichiers météo, mais rien de nouveau à l’ouest…
Donc lecture, écriture, bricolage et contemplation des poissons volants et dauphins en balade dans ces contrées occupent le temps qui commence à peser.
Au fait petite anecdote hier: pour passer le temps je voulais me mettre à l’eau pour quelques ébats aquatiques, mais ô stupeur 3 petits requins tournoyaient autour du canote…j’ai donc remis aux calanques grecques cette envie de changer d’environnement!

Fait à bord de NEGOCEANE le 16 à 21h30 TU.

16/11/06 : Ah Pétole, Pétole quand tu nous tiens…
No comment!
Fait à bord de NEGOCEANE le 15 en soirée, pratiquement à la même position que le 14.

15/11/06 : Bon, bon, à 600 milles de Pointe à Pitre nous sommes toujours dans les petits airs WNW 2/3.
Après les grains de la nuit dernière et de la matinée qui nous ont permis d’avancer quelque peu, nous sommes entrés dans une zone de transition où les vents sont variables et très faibles et cela pendant un certain temps…
Donc patience, lecture pour ne pas se prendre la tête!
Fait à bord de NEGOCEANE le 14 en soirée…le temps n’a plus guère d’importance!

14/11/06 : Nuit dernière très paisible au demeurant avec des vents de secteur W très faibles.
Par contre depuis ce matin, c’est la valse des grains avec ce que cela engendre: prise de ris, réduction de l’avant, re-prise de ris etc…Au moins ils améliorent la vitesse du quotidien car celle-ci est passée au rang « vitesse très réduite »…
Tout cela n’est guère intéressant et le principal maintenant est d’arriver le plus rapidement possible à Pointe à Pitre et c’est un euphémisme.
Heureusement cet après-midi j’ai discuté avec le porte-conteneurs CMA CGM FORT ST GEORGES qui allait de Pointe à Pitre à Dunkerque.
Les vents variables très faibles sont revenus et ils nous augurent une bonne nuit en perspective…
Fait à bord de NEGOCEANE le 13 à 21h30 TU.

13/11/06 : Sous une pluie battante et sans vent, la nuit dernière a été une des plus pénibles jusqu’alors, car c’est vraiment se battre contre des moulins à vent que d’essayer de faire avancer le « canote » dans ces conditions. De plus sur la route on faisait du négatif avec ce cap au NW.
Par contre cette journée fut fort agréable pour la bronzette mais pas pour l’avancement vers Pointe à Pitre: vents NW 3 à 8 nds.
A cette vitesse les options ne sont guère légions et il va falloir raccourcir au maximun la route sans se faire piéger dans les bulles sans vent…
La route est encore longue et je pense qu’il va falloir prendre son mal en patience car la météo ne va guère changer dans la semaine future…
Fait à bord de NEGOCEANE le 12 à 21h30 TU.

12/11/06 : Toute la nuit dernière et la matinée nous avons eu le droit à des vents de secteur NE très très faibles…notre vitesse était dans le droit fil de la météo avec 2 à 3 nds!
Depuis ce midi, avec la petite dépression qui est dans notre Nord les vents se sont levés graduellement du SE pour atteindre les 20 nds; et comme toute dépression qui se respecte dans l’hémisphère Nord, il faut aller chercher la bascule de vent dans l’W malgré que celle-ci descende vers nous…
Donc les derniers 1000 milles ne seront pas de tout repos. En contrepartie les embruns sont d’une température agréable comme l’environnement d’ailleurs, et pour cause.
Petite phrase à la presse pour l’avenir: éditer par mail pour les concurrents un petit journal quotidien pour les
tenir en haleine de ce qui se passe sur l’eau car nous ne sommes informés de rien…
Fait à bord de NEGOCEANE le 11 à 21h30 TU.

11/11/06 : Ce vendredi, ce fut un vrai temps de demoiselle (NE 2/3). Juste retour des choses après la tempête d’hier. Le tri n’a guère subit de dommages!
Le séchage complet était de rigueur et les quelques poissons volants égarés pêle-mêle dans les trampolines de l’arrière ont été remis dans leur abysses pour une autre vie. Sur l’avant et au milieu c’était un vrai champ de culture d’algues…
Bravo à Franck-Yves qui a quand même était dur avec nous avec ces plus de 1000 milles d’avance… à méditer pour la suite!
Sinon la vie au long-cours prend ses droits et les objectifs de la course se réduisent (attention à toi Loïc quand même, j’arrive)…
Fait à bord de NEGOCEANE le 10 à 22h00 TU.

10/11/06 : Journée impressionnante avec ces montagnes d’eau bleue marine (mer), blanche (les déferlantes) et bleue claire (après les déferlantes) venant et nous rattrapant sur notre arrière tribord. Eh oui! Le coup de vent ou la tempête annoncée est enfin arrivé, non pas que je la souhaitais, mais il fallait bien que la situation s’éclaircisse un peu…
Navigation sous voile d’avant uniquement avec des vitesses (bien au delà des 20 nds) qu’il faut essayer de maîtriser sous peine d’avoir quelques ennuis techniques.
Toute la journée, donc, vents de NNE 40/45 nds avec mer grosse et grains pour parfaire le tableau.
Dans la soirée mollissement avec du NE 30 nds.
Demain la situation doit grandement s’améliorer et il sera temps d’analyser et réparer la casse…
Un petit clin à notre ami Pascal qui s’est mis sur le toit hier soir. Grâce à toi, peut-être malheureusement, on a repris conscience des dangers et levé le pied!
Fait à bord de NEGOCEANE le 9 en soirée où l’écriture n’est aisée avec le doigt qui tape plusieurs touches à la fois dans ce « shaker »…

09/11/06 : La nuit dernière nous nous sommes battus avec la petite dépression, qui soi-disant se creuse, avec de vents de Sud variables en force (de 15 à 25nds), donc pas facile de bien faire avancer le « canote ». Bascule de NW vers 10h00 (TU) puis mollissement des vents (6/10 nds) et ceci toute la journée et soirée avec quelques grains pour agrémenter le tout…Le baromètre est remonté un tantinet puis est redescendu jusqu’à rester
stationnaire (1006.7). C’est à y perdre son latin…
Donc nous nous balançons d’un bord sur l’autre à une vitesse oscillant entre 3 et 6 nds dans les rafales…
Après l’anticyclone c’est maintenant cette fichue dépression qui nous joue des tours. Mais bon si c’était mathématique ce serait trop simple, il faut laisser la place à l’inconnu et à la chance (ce dont je dois
manquer en ce moment)!
Avec tout cela le compteur des milles ne risque pas de prendre feu (sic).
Fait à bord de NEGOCEANE le 8 à 23h00 TU.
Classement Négocéane dans la catégorie multicoque classe 2 : 5ème position.

08/11/06 : Les jours se suivent mais ne se ressemblent pas: Hier en maillot de bain, aujourd’hui la tenue adéquate (cirés et bottes) du parfait coureur qui se fait arroser sous une lance à incendie a été de mise.
Nous sommes dans une petite dépression de 1004 (du mauvais côté), naviguons donc au « près » dans des vents de 20/25 Nds et jouons à saute-moutons dans une mer qui se forme.
Ce matin les premiers poissons volants sont apparus (volants bien sûr…).
Sinon la vie se déroule sur un rythme paisible, intéressant et passionné sans débordement…
Fait à bord de NEGOCEANE le 7 à 23h00 TU.

06/11/06 : Liaison téléphonique, par iridium télépathique, entendue ce matin, par le lutin du bord, entre Roger (R) skipper de NEGOCEANE et Eole (E) le dieu des vents.

 »
R. Allô, bonjour Eole, pourriez-vous m’accorder quelques minutes de votre précieux temps.
E. Salut à toi ô hardi navigateur. Que me vaut cet étonnant appel?
R. Veuillez m’excuser de mon arrogance mais je ne suis guère enchanté de la distribution des vents durant cette « Course du Rhum-La Banque Postale » 2006.
E. Je sais, je sais; mais j’ai quelques problèmes d’ordre technique avec la machine à distribuer les vents et nous avons été contraints de favoriser certains coureurs au détriment d’autres.
R. Cette fois ce sont les petits bateaux, certes nous avons le soleil et pouvons nous baigner, qui ont été pénalisés au détriment des grosses unités qui sont déjà dans les bras des guadeloupéennes en sirotant un petit punch…
E. Les préparateurs devraient remettre petit à petit les tuyères de cette partie du monde en bon fonctionnement. Mais malheureusement ce ne sera pas dans le bon sens pour voguer vers Pointe-à-Pitre, car la clé à tourner les vents a été égarée par un étourdi…
R. Bon, çà alors, c’est vraiment la scoumoune.
(Probable pensée de R. en voyant sa tête):Je me demande parfois si les dieux ne sont pas tombés sur la tête.
E. Parfois ils nous arrivent d’avoir quelques dérapages, mais au moins cette fois avec cette pétole vous pouvez refaire le monde et remettre en état vos bateaux…
R. Merci de ces précieuses précisions, mais essayez d’activer vos « moussaillons » pour que ce nouveau départ soit imminent.
Nous, aussi, aimons les joies terrestres!…
E. Hum…

Roger a raccroché guère convaincu et s’en est allé scruter le ciel! »

Relaté à bord de NEGOCEANE, par le lutin de service, le 6 octobre en soirée!

05/11/06.  Fin de journée: Dimanche journée ô combien sportive avec les grains de la nuit dernière, dans lesquels le peu de vent était complètement erratique et cette journée, sous un magnifique soleil, dans la pétole à rechercher le moindre souffle d’Eole avec le spi puis solent puis re-spi etc…et que-nenni, puisque le peu de vent qu’il y avait n’était pas le même en haut et en bas de la grand-voile.
Les petits collègues de devant ont dû faire ce qu’il fallait avant le départ de St Malo (proverbe marin…) puisque le dieu Eole les poussent toujours de son souffle…
Mais bon nous sommes en course (en autre) et il faut essayer de faire le maximun pour au moins son égo…
A 18h00 un léger vent de NNE 6 nds à daigner se lever jusqu’à ces lignes où les ventilateurs sont de nouveau en panne. La nuit va être charmante encore!
Fait à bord de NEGOCEANE le 5 à 20h30 TU.

05/11/06 : Avec les premiers rayons de soleil apparus ce samedi depuis le départ et une température redevenue agréable (20/22), voici peut-être les signes annonciateurs de l’exil sudiste…
Avec Eole qui commence à s’essouffler (NE 15/20 nds) et une mer qui devient maniable (3m) cette journée est apparue bien fade et reposante par rapport aux précédentes. Le bonhomme commence à reprendre figure humaine…
A l’avenir le principal souci, en dehors du matériel, ce sera la météo car nous allons tout droit tête baissée dans un énorme anticyclone dont on se demande comment nous allons nous en extirper! Mais ceci est une autre histoire qui sera forte intéressante!
Fait à bord de NEGOCEANE le 5 à 00h00 TU.
Classement Négocéane dans la catégorie multicoque classe 2 : 6ème position.

04/11/06 : Après une bonne nuit réparatrice voulue et obligée de 4 heures environ, pour colmater les brèches morales et physiques de la veille, cette journée fut plutôt « cool » malgré les vents d’ENE 25/30 nds , une mer
formée forte et quelques grains qui furent au menu de cette journée.
Donc il a fallu jouer avec les ris, car le tri est allé allègrement jusqu’à 25/27 noeuds et a planté son étrave plusieurs fois… Il ne me reste plus qu’à mettre du charbon en ménageant la monture car la route est encore longue et les petits copains(e) devant ne s’en laissent pas conter!
Fait à bord de NEGOCEANE le 3 novembre à 24H00 TU.
Classement Négocéane dans la catégorie multicoque classe 2 : 7ème position.

03/11/06 : Quelle scoumoune cette dernière journée avec ces déboires à répétition!
A commencer par un grand bruit suspect vers 14h00: le premier chandelier sur l’avant du flotteur tribord plié en deux (sic) et un semblant de trou sur l’arrière de la coque centrale tribord sous la flottaison (à investiguer quand les éléments seront plus cléments…). Il semblerait qu’au RHUM cette année, les trous conviennent parfaitement à Négoceane.
Vers 15h00 chute à l’eau du gennaker par bris de la drisse en vectran pourtant neuve et changée avant le départ.
Récupération difficile…avec affalage de la grand-voile, bout dans le safran etc…!
Donc un stop de 3 heures dans une mer très formée et 25 noeuds de vent d’EST n’a rien arrangé à la fatigue générale et au moral…des troupes.
Heureusement pour le fun et le plaisir il reste la météo qui se complique de jour en jour et qui nous augure bien des surprises.
En espérant des jours meilleurs et sereins.
Fait à bord de NEGOCEANE le 2 à 22h00 TU.
Classement Négocéane dans la catégorie multicoque classe 2 : 7ème position.

02/11/06 : Aves ces vents d’E 20/30 nds, depuis la matinée du 1er, la glissade vers les Açores est assurée et son pesant d’adrénaline aussi…Quelques grains pimentent ce tableau!
Evidemment depuis le départ les heures de sommeil ont été comptées (brume, cargo et pêcheurs en Manche, ensuite vents portants) et malheureusement le manque commence a s’en faire ressentir. Attention donc.
La vie est donc humide.
Mes difficultés de positionnement m’empoisonnent un peu, car je reçois la position des petits copains manuellement…mais bon!
Fait à bord de NEGOCEANE le 2 à 01h00.
Classement Négocéane dans la catégorie multicoque classe 2 : 5ème position.

01/11/06 : Journée très humide avec ces vents du N 20/25 nds et cette importante houle du N peuplée de dauphins.
S’il fallait choisir entre le temps du départ et celui d’aujourd’hui, il n’y aurait pas photos.
La fatigue est présente avec ces 2 jours sur le « pont » avec très peu de sommeil.
Sinon bateau et bonhomme sont en parfaite harmonie malgré quelques différents sans importance…
Sans Standart C je reçois la position des autres concurrents par mail et ne peux les suivre sur la carte électronique, ce qui est dommageable quant au choix tactique…
Fait à bord de NEGOCEANE le 1 octobre à 02h00 TU par 48N et 12W
Classement Négocéane dans la catégorie multicoque classe 2 : 6ème position.

31/10/06 : Qui l’eut cru, que pour aller aux Antilles de St Malo il fallait d’abord aller naviguer dans le nord vers les Scyllies et mer d’Irlande…
Le vent absent de la journée s’est enfin levé vers 17H00 de secteur SW 3/4 puis W. Nous allons donc chercher une hypothétique bascule qui nous ramènera sur le « droit chemin ».
A part ce casse-tête chinois le bateau et le bonhomme sont en pleine forme.
Fait à bord de NEGOCEANE le 31 octobre à 02H00 TU aux environs des Scyllies.

30/10/06 : Après les avatars survenus samedi à la mise sur bouées par un zodiac de l’organisation (trou dans le flotteur tribord de 8X4 cms au dessus de la flottaison) et la réparation de fortune effectuée sous la bruine quelques heures avant le départ n’ont guère aidés à rester Zen ce dimanche 29.
Toujours est-il que ce passage de ligne de départ par un vrai temps de demoiselle (W à N 2) aura permis de reprendre confiance …
Le passage de la bouée de Fréhel aura été très difficile dans la pétole naissante et il aura fallu attendre les 20 heures pour que les vents d’EST (2) se lèvent et que nous repartions dans un temps cotonneux.
Nuit paisible avec ces vents oscillants de secteur E 1/2…
Le voilier et le bonhomme ont une grande détermination pour cette traversée.
A bord de NEGOCEANE le 30 octobre au large des Héaults de Bréhat.

29/10/06 Le départ a été donné à 13 heures.
Roger Langevin et son bateau Négocéane ont passé le cap Fréhel en 6ème position.

Ce contenu a été publié dans 10 - Route du Rhum 2006. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.